Vous êtes ici: Accueil - Blog

Actualité

Retour des Indes sur RTL: la suite!

Retour des Indes sur RTLMon premier passage à la radio s’est déroulé jeudi dernier sur RTL lors de l’émission Autour du monde pour parler de New Delhi, de l’Inde, des Indiens et de mon expérience de bientôt 4 ans dans la capitale. Ce fut une drôle d’expérience mais comme je l’avais imaginé (et comme vous pourrez l’entendre en bas de cette page), ce fut évidemment trop court pour répondre complètement à chaque question de manière sereine. Je remercie Kévin et Sidonie de cette belle opportunité, ce fut un plaisir de répondre à leurs questions et d’essayer de transmettre ma passion pour ce pays aux auditeurs d’RTL. Mais ce fut aussi un peu frustrant pour le bavard que je suis! Je vais donc me permettre, c’est étrange je sais bien, de refaire mon interview ici-même!

Avant de commencer, je tiens à dire que j’ai trouvé l’émission intéressante, ses intervenants n’ont pas été (trop) clichés comme il est très fréquent quand un reportage porte sur l’Inde, l’introduction de Jean-Sébastien Petitdemange fut excellente et les différentes interventions furent constructives.

Sidonie, à vous! :)

Sidonie Bonnec: Bonjour Benoît! Vous êtes à New Delhi, vous avez 27 ans et vous vous êtes installé en Inde il y a 3 ans. D’ailleurs quelle heure est-il et il fait quel temps? On aime bien poser cette question quand on appelle des expats’ très loin!
Benoît: Bonjour Sidonie! Il est 19h15, et il fait quel temps? Alors là je vais un peu contredire Patricia Loison qui est passée tout à l’heure mais il fait très chaud, aujourd’hui il fait 35° et c’est la mousson donc on a de la chance, les températures ont tendance à diminuer, mais en tout cas très chaud et très humide.

SB: Benoît, pourquoi vous avez choisi New Delhi, qu’est-ce qui vous a séduit dans cette ville?
B: Je suis arrivé il y a 3 ans et demi pour un stage de fin d’études et, comme disait Jean-Claude Carrière, l’Inde est un pays que l’on peut détester très rapidement à la descente de l’avion…
SB: Ca a été votre cas?
B: …ou tomber amoureux. Non moi je suis tomber amoureux, je suis ici depuis 3 ans et demi! Après mon stage de 6 mois j’ai voulu continuer comme d’ailleurs beaucoup d’amis qui sont restés là depuis plusieurs années

Exclu Retour des Indes: la suite de ma réponse! Je suis actuellement en volontariat international (VI) qui se termine dans les 6 prochains mois et j’ai décidé, avec mon amie, de rester encore un peu plus en Inde pour continuer l’aventure. Nous sommes donc ouverts à toutes les opportunités d’emploi qui pourraient se présenter à nous. ;)

New Delhi: ville verteNew Delhi est une ville très particulière. Elle est à la fois immense et pleine de petits quartiers où réside une atmosphère de village. Elle peut être très verte dans son centre et très sombre dans ses périphéries. Elle grouille de vie mais quelques espaces de sérénité résistent. C’est une ville exigeante, fatigante mais très attachante. C’est une ville qui respire la vie, qui respire aussi l’Histoire, dans ses monuments les plus connus mais également dans tous les quartiers où des vestiges de l’époque Moghol ont été parsemés et sont aujourd’hui envahis par la population. Promenez-vous dans les petites ruelles de South Extension (part 1) et vous découvrirez de nombreux mausolés oubliés.

New Delhi, ville chaotiqueEn plus de cet aspect purement esthétique, la population est attachante. Bien sûr, il est fréquent que nous nous énervions en négociant un rickshaw, en comprenant que nous nous faisons « arnaquer » quelques roupettes en achetant des légumes etc. Mais un petit dodelinement de la tête et vous obtenez un grand sourire de la part de votre interlocuteur. Vous faîtes un sourire aux petits mendiants et ils vous aiment déjà très fort; ils courent vers vous le lendemain quand ils vous retrouvent sur le même chemin! La pauvreté est partout mais la joie de vivre est trop forte pour que le pays soit insoutenable à vivre.

N’oubliez pas non plus que vous êtes à une nuit en train du Rajasthan, de son désert et de tous ses palais. Jaipur, Jodhpur, Udaipur sont à portée de main, vous pouvez tout à fait passer tous vos week-ends à voyager et être complétement dépaysé en quelques heures de train.

SB: Qu’est-ce qui vous a fait craquer alors, Benoît? Qu’est-ce qui vous a charmé à New Delhi?
B: Si vous voulez, c’est ça qui est extraordinaire, la ville comme les indiens sont source d’insolite tous les jours, le matin vous pouvez partir au travail, vous n’avez pas cette routine qu’on peut avoir en France, même si j’adore mon pays, vous découvrez tous les jours… Si vous voulez, si vous êtes photographe et que vous regardez autour de vous, vous pourriez avoir un appareil photos dans les mains et prendre une photo toutes les 10 minutes. Vous pouvez avoir quelque-chose d' »extra-ordinaire » en permanence.

SB: Par exemple, alors, quand vous allez au travail, vous êtes sur la route…
B: Alors moi je conduis une moto, par exemple vous êtes en plein sur le périphérique de New Delhi que l’on appelle la Ring Road et vous pouvez avoir un éléphant qui se balade, décoré avec des fleurs, des oreilles peinturlurées de toutes les couleurs. Vous pouvez avoir un troupeau de vaches qui bloque le carrefour et d’ailleurs c’est très marrant car personne ne s’arrête et personne ne ralenti, c’est très drôle ça tourne dans tous les sens. Vous pouvez avoir un camion qui bloque tout. Il a crevé et au lieu de se mettre sur le côté de la route, il va mettre une petite branche verte à l’arrière du camion et va réparer son pneu à l’heure de pointe sur le périphérique.

Procession de bhramanes, New DelhiLa suite: Un jour, je venais d’arriver en Inde, je partais pour mon travail, il était 9h du matin. Ce trajet en rickshaw aurait pu être comme tous les autres sauf que je suis tombé au coeur d’une procession de bhramanes en dotis blancs accompagnés d’éléphants couverts d’étoffes et de musiques très rythmées! Ce fut rapide mais extrèmement excitant! Vous venez d’arriver en Inde, vous voyez votre premier éléphant, tous ces hommes en blanc, cette musique. Ce fut un très bel accueil.
Il y a 2 semaines, en bas de mon immeuble, 3 moines hindous se baladaient avec un python autour du cou (le python est associé au Dieu Shiva). C’est là beaucoup moins sympathique mais assurément tout autant exotique!

SB: Mais Benoit, ça ne crée pas des tensions dans la vie au quotidien?
B: Alors c’est ça qui est extraordinaire, c’est que les indiens grouillent, il y a une densité qui est extraordinaire mais ils sont à la fois très calmes. D’un côté certains vont klaxonner et voudront pas s’arrêter bien que l’embouteillage monstrueux ne se débloquera pas d’ici les prochaines 20 min et de l’autre côté vous pouvez en avoir qui vont attendre et attendre, certains vont boire leur petit thé sur le coin de la route, certains se font tailler la barbe sur le bord du périphérique. Il y a un esprit très particulier, à la fois très excité et à la fois très calme.

La suite: Je vais essayer d’être un peu plus clair dans ma réponse ;) En effet, cette très forte densité crée des situations où la tension pourrait être très forte mais les indiens sont en général très patients. Certains vont conserver leur main sur leur klaxon pendant 30 secondes d’affilées, ce qui a le don de me rendre dingue et d’un autre côté, personne ne va vraiment bouger, tout le monde attend. Dans un marché populaire, c’est à la fois un capharnaüm où tous les marchants et les porteurs vont se croiser, se heurter, se pousser… Et où, autour de cette cohue, certains indiens vont rester impassibles à boire leur chaï, à regarder leurs semblables s’agiter. A cette cohue s’ajoute les hurlements de vendeurs, les bruits de fracats, les tintements de cloches du temple hindou voisin, le muezzin au loin… Les encens des échopes qui s’entrecroisent. C’est la raison d’ailleurs pour laquelle je conseille à celui qui arrive à Delhi de ne pas commencer par Old Delhi mais par des quartiers plus calmes afin de se reposer après un long voyage et de découvrir petit à petit la véritable Inde.

Joie de vivre autour d'un chai, JaipurSB: Et vous Benoît, vous avez intégré ce mode de vie ou vous êtes très européen dans votre comportement?
B: C’est ce que je dis souvent, quand on habite en Inde il y a différentes manières de vivre. On peut habiter en Inde dans une bulle, on peut se protéger avec une coquille. Moi j’ai décidé plutôt de vivre au plus près de la population. Je ne vis pas pieds nus ou sous une tente mais j’ai un appartement très bien et tout à fait correct sans être dans l’excès. Je bois du thé dans la rue et je vais manger des samosas à midi avec grand plaisir. Je parle  avec mes collègues etc. C’est ce que j’aime et c’est ce que je conseille à nos auditeurs. Quand ils voyagent ou quand ils habitent en Inde, c’est vraiment de se mélanger avec la population indienne, c’est de savoir prendre du temps, regarder… C’est très important de regarder car c’est là qu’il y a beaucoup de choses très marrantes que l’on ne peut pas forcément voir du premier coup. Sentir, écouter. Voila, les différents intervenants ont beaucoup parlé de tous les sens qui sont émoustillés quand on est en Inde et c’est vrai que moi j’aime bien ça, j’aime bien vivre l’Inde, proche des gens, leur parler…

La suite: Si vous savez dire 2-3 mots en Hindi, vos interlocuteurs sont émerveillés et vous rentrez tout de suite dans une relation très chaleureuse… Même si vous ne comprenez pas tout, avec un sourire, la joie de vivre se transmet très rapidement!


SB: Il y a des règles, des règles de savoir vivre, des traditions, des coutumes à respecter?
B: Oui il y a beaucoup de choses, beaucoup de coutumes. Il y a certains points dont il ne faut pas trop parler. Typiquement les castes. Bon il faut rappeler que c’est devenu illégal depuis que Gandhi a fait toute sa bataille pour supprimer ce système même si c’est encore très très présent dans la culture indienne. Mais par exemple c’est un thème qu’il vaut mieux éviter d’aborder…
SB: C’est tabou!
B: C’est tabou! C’est omniprésent mais il ne faut pas en parler. Si l’on demande à quelqu’un: « Dis donc, tu es de quelle caste? », si vous connaissez mal la personne, ça peut être mal pris. Sinon des rêgles… Il y en a un peu dans toutes les cultures mais c’est vrai que l’Inde.. Il y a beaucoup de rêgles… On ne mange pas avec la main gauche… Et puis il y a certaines choses que l’on peut vous faire. Par exemple une marque de respect, quand ils vous demandent de l’argent, ils vont essayer de vous toucher les pieds car c’est une marque de très grand respect. Alors c’est un peu gênant…
La suite: Et là encore, une réponse un peu plus claire! A vrai dire la vie en Inde est faite de règles. Certaines sont indispensables à respecter, certaines ne le sont pas tant que cela, ou en tout cas pas pour l’européen que je suis. Les indiens entre eux ont des milliers de règles à respecter. Chez le touriste ou l’expatrié, c’est très différent. Il faut respecter leur culture, leurs manières de faire, leurs propres règles mais, en ville en tout cas, vous ne vous sentez pas sous un carcant de règles contraignantes. De plus, ces règles sont différentes selon la religion et l’origine géographique de votre interlocuteur… Les seules vraies règles que l’étranger doit respecter est de s’habiller correctement, de respecter les indiens, même les plus pauvres et de respecter les lieux de cultes. Les indiens sont très accueillants et donc il n’y a pas de risque de se voir embêté après avoir enfreint une quelconque règle. A vrai dire, il faut voir cela d’une autre manière. Si vous respectez une de leurs règles, vous serez très apprécié. Si vous ne le faites pas et que celle-ci n’est pas essentielle, il y a peu de chance que vous soyez mal vu.

SB: En tout cas Benoît, sur votre site, vous avez un blog très achalandé comme on dit, on l’a mis sur le site de RTL Autour du monde, c’est www.retourdesindes.com, on peut lire un tas d’informations et découvrir votre vie au quotidien à New Delhi. Merci infiniment Benoît.
B: Merci de m’avoir accueilli
SB: A très bientôt!
B: Et je souhaite à tous les auditeurs de venir, on les accueillera avec grand plaisir!

SB: C’est un pays merveilleux en effet.

Voilà, j’en ai profité pour affiner mes réponses, corriger quelques petites fautes de français, bref, corriger mon premier passage radio en direct mais vous me pardonnerez de ces quelques approximations…!

Pour information, il m’avait été conseillé 10 secondes avant l’entretien de parler des anecdotes de la vie quotidienne (animaux sur la route…).

Discussion

Aucun commentaire pour l'instant

Post a Comment

Publicité