Vous êtes ici: Accueil - Blog

Delhi

Mon retour à Delhi: petits bonheurs et fraîches péripéties

Avion retour à DelhiComme vous avez pu le lire dans mes précédents messages, je suis de retour sur New Delhi depuis lundi dernier! Je n’ai pas particulièrement l’envie de vous raconter ma vie personnelle sur ce blog mais je trouve que les péripéties que je viens de vivre correspondent tout à fait au pays! Voici l’histoire de mon retour et de mon installation « Bharat mai » (en Inde)…

Dimanche 09 janvier, décollage de Paris CDG pour New Delhi à 10h30 du matin. Pour la première fois, j’ai l’opportunité de prendre un vol direct sur Air France! Je croyais alors être chanceux mais j’ai vite compris que la compagnie n’était pas du tout au niveau que je l’avais placée dans mon imagination: appareil vieillot, sombre, sans écran individuel… Cela peut paraître luxueux comme critères mais n’ayant volé que sur des compagnies telles qu’Emirates ou British Airways (moins cher car vol indirect), je pensais qu’Air France était au moins à un niveau de qualité équivalent… Il faut dire que l’équipage m’a plutôt désespéré et ne m’a pas aidé à conserver une belle image de la compagnie. L’enregistrement des bagages a été un vrai calvaire: tapis en panne avec une hôtesse complètement dépassée par la situation, impossible de payer le surplus de bagages sur place donc obligation de faire une nouvelle queue pendant 30minutes… Puis une fois dans l’avion, lorsque vous demandez un service, que l’on vous répond « oui Monsieur, je reviens » et que personne ne revient pendant les 8h suivantes, je trouve que c’est avoir assez peu de respect pour sa clientèle! Bref, tout ça pour dire qu’il vaut mieux payer moins cher, faire une escale qui vous dégourdie les orteils et avoir un service de meilleure qualité!

23h30, arrivée à New Delhi. Un chauffeur m’attend pour partir en direction de mon appartement. Par malheur, je m’aperçois une nouvelle fois que seule la première arrivée en Inde provoque un réel choc culturel. Après avoir vécu plus d’un an et demi sur place, mes arrivées suivantes ont toujours été beaucoup moins « traumatisantes ». Heureusement j’en garde de nombreux souvenirs. Ce soir, mon chauffeur slalome entre les camions et les évite de très peu mais je m’en moque, je rigole avec lui en faisant sa connaissance. Je teste mes souvenirs d’hindi et suis plutôt satisfait de ne pas avoir tout perdu ces derniers mois. Nous prenons la route principale en contre-sens mais je me demande pourquoi il ne va pas plus vite! Bref, l’inquiètude que j’ai pu avoir ces 6 derniers mois en France est complètement absente une fois de retour en Inde… Bizarre, c’est inquiétant!

Ca y est, je suis de retour chez moi. La grille est fermée et j’ai beau hurler mais le gardien ne m’entend pas! Il faut dire qu’il habite dans le parking, à l’entrée de l’immeuble mais qu’il fait un froid de canard et qu’il s’est emmitouflé au fin fond de sa couette. J’arrive finalement à me faufiler à travers l’interstice des 2 portes. Mon chauffeur me laisse avec mes 3 bagages et mes 2 sacs de cabines pour monter les 4 derniers étages de mon voyage. Tanpis, un derrière, un devant, la valise par la poignée et le reste en bandoulière, je monte cet interminable escalier. Mon voisin m’ouvre la porte, je suis chez moi!

Et là, c’est top, rien ne semble avoir changé! Plein de souvenirs reviennent, « aah qu’on est bien chez soi »! Je pose mes affaires, je fais un tour du propriétaire. Du linge est resté depuis 1 mois dans la machine. Sale ou propre mais pourrissant, on ne sait pas. Les aliments que nous avions laissé à notre départ (sardines, tablettes de chocolat…) sont toujours à la même place à croire que l’appartement est resté abandonné ces 6 derniers mois. D’ailleurs, la bonbonne de gaz est vide et 2 factures impayées depuis 2 mois m’attendent sur la table du salon. Ah oui, il a bien été habité, les brosses à dent sont restées à leur place… Le froid est intense, les fenêtres sont grandes ouvertes mais essayer de les refermer ne sert à rien puisque le bois à complètement été déformé et empêche d’imaginer toute isolation hermétique. Je sors mon sac de couchage, il me reste 4h à dormir avant de commencer mon nouvel emploi.

Réveil glacial! Il fait encore chaud dans mon duvet mais penser en sortir me glace les veines! Heureusement j’avais pris la peine d’allumer le chauffe-eau  de ma salle de bain. Décidé, je sors en vitesse et file vers la douche. Ah, le chauffe-eau ne fonctionne pas, l’eau qui en ressort est glaciale! Je décide alors d’allumer le chauffe-eau de l’autre salle de bain pour prendre en vitesse ma douche. 30 minutes de répit dans mon duvet plus tard, je suis inquiet car je serai en retard le jour de mon embauche. L’eau semble tiède mais ça ira. J’allume la douche mais le calcaire à complètement obstrué les petits trous de la poire. L’eau chaude sort par le tuyaux et s’enfile vers la buse en passant par le mur. C’est vraiment la merde! Il n’y a plus de seau pour se laver à l’indienne! Allez hop, ni une ni deux, je m’accroupi contre le mur sous le robinet et tente de me décrasser comme je peux! Il fait toujours aussi froid, l’eau tiédie de plus en plus alors que je suis tout savonneux, le marbre entre la salle de bain et ma chambre ne fait qu’empirer les températures ressenties… Bref, mon appartement est devenu inhospitalier.

Au coeur d'un rickshaw indien

Dans un rickshaw jaune et vert de New Delhi. Prise le 13 janvier 2011, à 9h


Le départ en auto-rickshaw vers ma nouvelle situation m’offre de belles images comme il est bon d’en voir pour se donner du moral. Les indiens ont vraiment cette faculté de vous faire sourire à n’importe quel moment de la journée! Têtes souriantes, visions improbables, hurlements incompréhensibles qui, au lieu de vous faire peur, n’ont pour effet que de vous faire rire! L’accueil dans ma nouvelle entreprise est excellent. Je fais le tour des bureaux, rencontre mes collègues… Je sens que je vais m’y plaire.

Je décide de partir précocement de mon boulot pour récupérer un nouveau téléphone portable et payer les factures en retard. Une fois ces démarches faites, je rentre à la maison et appelle un électricien pour qu’il me répare dans la soirée mon chauffe-eau et qu’il m’installe une prise dans ma chambre pour le radiateur de mon ancienne colloc’ (Aurélie, si tu me lis, je te remercie il me sauve la vie!). Il est 21h, en 2 minutes il arrive, répare mon chauffe-eau et installe mon radiateur: ça y est, l’appart devient vivable! Entre temps, j’ai découvert que la belle vue que nous avions face à nos fenêtres a été obstruée par l’immeuble voisin qui a trouvé malin d’être surmonté de 2 nouveaux étages. Bon.

Vélo d'un vendeur de balais en Inde

Vélo d'un vendeur de balais en Inde. Prise le 12 janvier 2011 à New Delhi, sur la "Ring road". 8h50

Toujours en travaux, cet immeuble est pour moi un ravissement de toutes les matinées! Hier, je me suis fait réveiller par un ouvrier cuisinant ses chapatis (pains tout plat cuits au feu de bois) à hauteur de fenêtres (pour les aplatir, le cuisinier tape dans les mains avant de les mettre au feu). Il faut dire que la ruelle qui me sépare de cet immeuble mesure moins de 2 mètres; si je lui demandai de m’en cuisiner un, il pourrait me le servir en tendant la main! Et là, en ce moment, il est minuit et depuis une heure j’entends de *$%! d’ouvrier chanter sans cesse – avec un art certain – des musiques aux notes écornées et au rythme indécis! Bref, j’adore l’Inde!!

Le récit de mon arrivée ne peux pas s’achever sans raconter les très nombreuses retrouvailles que j’ai pu faire: Santosh’ji, mes voisins, mes gardiens, le repasseur, les habitués de mon marché, le chien qui m’a mordu l’année dernière, le commerçant sympa mais un peu bizarre, le dhaba (restaurant de rue) crado mais trop bon… Bref, ce retour est un vrai bonheur! Pour preuve, cet album photos que j’ai pris ce soir même à 100 mètres de mon appartement… Que du bonheur!

Galerie photos d'un marché populaire de New Delhi

Vendeur d'encens sur son vélo ambulant. Prise à Delhi le 13 janvier 2011 à 19h20

Bharat jai ho!

Discussion

2 Réponses to “Mon retour à Delhi: petits bonheurs et fraîches péripéties”

  1. Bravo Benoit !
    J’en profite donc pour te souhaiter une bonne année pleine de succès !!
    je t’embrasse

    Soaz

    Posté par Soaz | 19 janvier 2011, 07:03
  2. Ah, ça donne envie ce « retour en Inde », voilà un quotidien pas quotidien !
    C’est clair qu’on ne retrouve jamais la sensation de la première arrivée en Inde mais ça fait toujours quelque chose quand même.

    Posté par Nico | 21 janvier 2011, 18:00

Post a Comment

Publicité